close

Arrivé d’où l’on vient

Nous ne saisissons plus lins’temps  présent nous ne sommes pas nets.

Dans un vacarme intempestif nous détruisons dans un élan,

Car nous créons plus de plastique qu’on rend  à la planète

L’histoire plus triste qu’un son méfiant

 

Ô Dame nourricière, mère de toute vie

Que l’on glisse vers toujours moins d’éthique

Que l’on visse nos tours  à tes pieds pour le fric

Nos crocs aiguisés, prêts à bondir

Faudrait d’un signe voir Jaïr

L’histoire d’un flic sans peur qui nous arrête

 

L’argent n’a pas d’odeur,  le fils lui fais son beurre; tant pis.

Pour sentir dans son assiette

le plat pas tant pire d’un dur labeur,

cela suffit.

Auteur : Etienne Leriche

Écrit le : 20/07/2019
Le problème est que nous produisons en série, plutôt que de produire en cycle comme la nature.

Il n'y a pas de commentaire actuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *